Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse vendredi, profitant de l’optimisme des marchés sur une possible résolution du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis et des chiffres encourageants de l’Agence internationale de l’Energie (AIE).

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars s’est apprécié de 1,52 dollar pour terminer à 62,70 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de février a pris 1,73 dollar pour finir à 53,80 dollars.

Sur la semaine, les cours de l’or noir ont enregistré leur troisième hausse hebdomadaire, le Brent gagnant 3,7% et le WTI 4,3%.

“Les prix commencent l’année avec vigueur alors que les tensions commerciales s’apaisent, ce qui a dopé l’enthousiasme du marché”, ont commenté les analystes de ANZ.

Des informations de presse ont en effet fait état d’avancées dans les discussions entre Pékin et Washington.

Le Wall Street Journal a d’une part rapporté jeudi que l’administration de Donald Trump étudiait la possibilité de supprimer tout ou partie des tarifs douaniers imposés à la Chine, pour inciter Pékin à faire plus de concessions.

L’agence Bloomberg a de son côté mentionné vendredi un éventuel engagement de Pékin à réduire progressivement son large excédent commercial avec les Etats-Unis.

“Si la situation s’améliore vraiment entre la Chine et les Etats-Unis, cela pourrait être positif pour l’économie des deux pays et donc leur demande énergétique”, a souligné Robert Yawger de Mizuho.

Le marché du pétrole a également pris connaissance vendredi du rapport mensuel de l’Agence d’information sur l’Energie (AIE), au lendemain du rapport de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Tout en soulignant que le rééquilibrage du marché allait prendre du temps, l’AIE estime que l’offre de pétrole a reculé de 950.000 barils par jour en décembre, notamment en raison des baisses de production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Les acteurs du marché ont aussi noté, selon M. Yawger, que l’AIE n’avait pas révisé à la baisse ses prévisions de consommation d’or noir pour 2019, la croissance de la demande mondiale de brut devant toujours s’établir à 100,7 millions de barils par jour cette année, selon l’organisme.

“On craignait que les fortes turbulences observées sur les marchés financiers en décembre ne reflètent un ralentissement marqué de l’économie pouvant affecter la consommation de brut mais visiblement cela n’est pas le cas pour l’instant”, a-t-il remarqué.

“On craignait que les fortes turbulences observées sur les marchés financiers en décembre ne reflètent un ralentissement marqué de l’économie pouvant affecter la consommation de brut mais visiblement cela n’est pas le cas pour l’instant”, a-t-il remarqué.

Tsa-algerie avec AFP

Charger plus d'articles
Charger plus par Tunimarkets
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Le Dinar tunisien aujourd’hui, 20/06/2019

Taux de change du dinar tunisien #TND …