L’ARP, le parlement tunisien, l’a adopté le mardi 9 octobre 2018. Un évènement salué par le président du parlement, Mohamed Ennaceur, qui le qualifie de révolutionnaire.

« Cette loi nécessite un long souffle et un bon suivi.», a-t-il notamment déclaré.

Cette loi, qui criminalise les propos racistes, l’incitation à la haine et les discriminations, est « un tournant très important dans l’histoire de la Tunisie, équivalent à l’abolition de l’esclavage. C’est un pas de géant mais il reste beaucoup à faire pour concrétiser cette loi dans une société où il y a du racisme envers les 10% de Tunisiens noirs et les Africains sub-sahariens, qui souffrent d’insultes et d’attaques parfois violentes », a pour sa part réagi le président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux, Messaoud Romdhani, selon des propos rapportés par l’AFP.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma Hadj Salah
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Le chiffre d’affaires cumulé des banques cotées tunisiennes a atteint l’équivalent de 4,23 milliards de dinars tunisiens en 2018

Le total cumulé du chiffre d’affaires (Produit Net Bancaire) des banques cotées sur …