«Pour nous, les premières lettres du Partenariat Public-Privé “PPP” s’interprètent également ainsi : préparer, préparer et ensuite préparer pour que tout ce que nous entreprenons soit concrétisé et ne se limite pas aux discours. Il ne s’agit plus de théoriser mais de réaliser», a déclaré Mr Zied Ladhari, le Ministre du développement, de l’investissement et de la coopération internationale, lors de la séance d’ouverture du forum international sur les PPP.
Zied Laâdheri, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale
Zied Ladhari, ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale

Un millier de participants, investisseurs industriels et financiers, dont 250 entreprises étrangères, sont venus aujourd’hui mardi 18 septembre à Tunis, à l’occasion du Forum international sur les partenariats public-privé (PPP). Ils devront juger de la pertinence de financer les 33 projets structurants, pour un coût total de 17,5 milliards de dinars soit 5,4 milliards d’euros.

Parmi les thèmes qui ont été évoqué “ L’importance de la participation du secteur privé dans les secteurs de l’infrastructure, de l’aménagement urbain, de l’énergie et du transport. Dans ce cadre, Mr Pierre Heilbronn, VP Policy and partnerships de la banque européenne pour la reconstruction et le développement, a pris la parole pour bien expliquer le rôle des institutions financières mondiales qui en plus de financer les projets, ils apportent de l’expérience et de l’expertise pour accompagner l’installation des projets. Mr Mouayed Makhlouf, Directeur pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord d’IFC, a mentionné qu’il faut investir d’avantage dans les projets d’investissement pour assurer une bonne croissance.

Avant de passer à la session plénière sous le nom de “ Répliquer les succès internationaux dans les PPPs en Tunisie” où les speakers ont échangé leurs expériences, Mr Youssef Chahed, le chef du gouvernement, a cité quelques chiffres clés: la croissance qui est de l’ordre de 2.6%,le nombre des touristes qui a atteint les 5 Millions et l’investissement des étrangers qui a évolué de 20%. Il a également insisté sur l’importance de l’infrastructure pour assurer la croissance. Il a annoncé que les partenariats Public Privé ont deux principaux buts: Collecter des ressources pour les projets et exploiter les compétences du secteur privé en termes d’innovation.

Concernant les 33 projets  présentés par le Gouvernement aux bailleurs de fonds internationaux dans le cadre d’un Partenariat Public Privé, le port d’Enfidha est le premier projet inscrit sur la liste des projets avec un coût estimé à 3,336 milliards de dinars. Ce dernier consiste à développer un nouveau terminal à conteneurs du port en eaux profondes d’Enfidha. 

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma Hadj Salah
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Top 10 des villes africaines les plus chères pour les expatriés en 2018, selon EuroCost International

 Kinshasa est la ville africaine la plus chère pour les expatriés en 2018, selon le classe…