Après le Mali en début 2018, 5 autres pays africains devraient solliciter l’épargne publique internationale, via l’émission des obligations islamiques (sukuks) au cours du deuxième semestre de l’année, permettant ainsi de dynamiser le secteur.

Le Kenya, le Maroc, le Ghana, la Tunisie et l’Algérie, ont signalé leurs projets d’émission de sukuks, et sont attendus sur le marché. Ces initiatives, auront pour but de mobiliser des ressources alternatives, susceptibles de les appuyer dans certains projets d’infrastructures.

Moody’s estime que, malgré un volume d’émissions en baisse au cours du premier semestre, le volume global des ressources mobilisées via les obligations islamiques devrait se rapprocher du niveau de 2017, entre 90 et 100 milliards $.

Charger plus d'articles
Charger plus par Fatma Hadj Salah
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voir aussi

Top 10 des villes africaines les plus chères pour les expatriés en 2018, selon EuroCost International

 Kinshasa est la ville africaine la plus chère pour les expatriés en 2018, selon le classe…