Le Bitcoin, qu’est-ce que c’est ?

Le Bitcoin est une monnaie virtuelle ou « crypto-monnaie » créée en 2009 par un ou plusieurs développeurs cachés derrière le pseudonyme « Satochi Nakamoto ». Cette monnaie, qui ne dispose ni de pièces ni de billets, connaît une très forte volatilité et a vu son cours augmenter de 0.001 dollars en 2009 jusqu’à presque 20.000 dollars en décembre 2017, et ce grâce à la demande énorme sur cette nouvelle monnaie. Cependant, suite aux déclarations des autorités chinoises et sud-coréennes quant à l’interdiction de l’échange en crypto-monnaies, suivies par les cris de panique de plusieurs économistes, le Bitcoin a vu son cours chuter de presque 47% pour atteindre 10.800 dollars par une unité de Bitcoin.

Vous trouvez ci-dessous une illustration de l’évolution des cours du Bitcoin au cours de temps :

Source : courscryptomonnaies.com

Bitcoin : ça sert à quoi ?

Actuellement, l’utilisation des monnaies électroniques ou virtuelles n’est pas répandue suffisamment dans le monde pour qu’on puisse parler de l’utilité effective du Bitcoin, mais ça nous n’empêche pas d’avouer que de plus en plus de commerçants commencent à l’accepter. En effet, le Bitcoin est devenu aujourd’hui un moyen de paiement dans certains secteurs en échange de biens ou de services. McDonald, par exemple, a récemment annoncé qu’il serait possible d’accepter le Bitcoin dans ses restaurants à partir de 2018. Mise à part quelques exemples pareils, cette crypto-monnaie n’a connu une vraie augmentation de son utilisation que sur les échanges effectués sur internet.

Le Bitcoin est une monnaie dite « décentralisée », pourquoi ?

Contrairement aux monnaies « traditionnelles » qu’on connaissait depuis toujours (le Dollar américain, la Livre Sterling, l’Euro, le Yen Japonais, le Franc suisse…) qui disposent d’autorités monétaires (la Banque Centrale Européenne ou la Federal Reserve comme exemples) qui mettent en place des politiques bien définies et qui contrôlent la masse monétaire en circulation, le Bitcoin, grâce à la technologie Blockchain, est considéré comme une monnaie décentralisée dans le sens où aucune institution ou autorité comme la banque centrale ne peut le surveiller.

Mais c’est quoi la Blockchain ?

L’idée d’une monnaie numérique s’est immergée en 2008 dans un contexte de crise financière, qui a été une crise de confiance tant dans les banques que dans les Etats et les monnaies. C’est pour cela qu’une technologie appelée Blockchain est apparue. Selon Blockchain France, « la Blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle ». La Blockchain propose de garder une trace de tout ce qu’on échange dans un registre infalsifiable. Ce registre est en réalité un système informatique composé de blocs qui représentent toutes les transactions passées. Avant de valider votre nouvel échange, des machines vont scanner l’ensemble de la Blockchain pour s’assurer que vous possédez bien ce que vous prétendez. Une fois validée, la transaction vient de s’effectuer et un nouveau bloc s’ajoutera dans la chaîne.

Interdiction du Bitcoin ?

Plusieurs pays comme la Chine, la Corée du Sud, le Maroc et l’Equateur ont procédé à l’interdiction de l’utilisation du Bitcoin pour des raisons de sécurité. Mais pourquoi une telle décision ? En fait, comme le Bitcoin est intraçable, il est quasi-impossible de détecter et de traquer l’origine et la nature des échanges effectués à travers cette monnaie électronique, ce qui a incité les trafiquants de drogue, les mafias et les groupes terroristes à l’utiliser. En effet, des sites du Darknet comme « Silk road » qui est dédié au commerce des biens et services illégaux, notamment les drogues, les armes et même la falsification des pièces d’identité, n’accepte que le Bitcoin (ainsi que d’autres monnaies virtuelles) pour les échanges effectués sur ce site.

Quel est le sort du Bitcoin alors ?

Même si de nombreux gestionnaires d’actifs ont anticipé la chute récente des cours du Bitcoin et anticipent un « krach » dans les mois à venir, il est indéniable que la technologie de Blockchain et les monnaies virtuelles auraient pu être la deuxième « révolution technologique » après l’internet grâce à la rapidité et la décentralisation. Aujourd’hui, le sort du Bitcoin, et des crypto-monnaies en général, dépendra non seulement de la manière avec laquelle ce sujet sera traité par les autorités économiques et monétaires mondiales, mais ça dépendra surtout des solutions que l’on peut apporter pour garantir la sécurité des transactions.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hamza Guerfeli
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Jacques Attali : « pour une Tunisie positive »

Lors de la conférence économique internationale tenue hier, le lundi 29 janvier 2018, à Tu…